Le Wiki du Village

Documents, textes, photos sur la lutte contre la déviation de Jargeau, son pont et son monde

Outils pour utilisateurs

Outils du site


argumentaire:mobilite

(en cours de modif)

Se déplacer: les alternatives jamais explorées

La mobilité quotidienne à Darvoy, Jargeau, Saint Denis de l'hôtel est aujourd'hui assurée principalement par la voiture particulière, résultat de décennies de politiques d’aménagement et d’investissements publics qui ont favorisé l’étalement urbain. Précisons que c’est bien l’activité qui génère la mobilité, et non l’inverse c'est pourquoi la vie des habitants des zones de moyenne densité est devenue presque totalement dépendante de la voiture.

L'ensemble de propositions ci-dessous dont la capacité de diminution du trafic semble important sur la zone étudiée ont été choisies pour leur potentiel de réduction des embouteillages, mais également pour leur potentiel de réductions d’autres externalités négatives, telles que la pollution de l’air, la déplétion des ressources énergétiques, le bruit, la sédentarité, et surtout la diminution des émissions de gaz à effet de serre. Il faut comprendre que c'est la combinaison des propositions ci-dessous qui permettra au mieux de développer un mode alternatif de mobilité et non une seul des mesures qui peut être comparé à un projet de déviation de 94 millions d'euros.

Ce que les collectivités devraient proposer

Promouvoir le covoiturage

L'étude réalisé par la Sormea en 2010 constate concernant la traversé du pont de Jargeau plus de 90 % de trajets domicile/travail le matin. Elle ajoute plus loin :

Pourtant aucune initiative dans le sens d’un développement du covoiturage sur ce pont n’a été réalisée par le département. Le site officiel de covoiturage du Loiret renvoie depuis plusieurs mois vers une page surprenante... Le 8 novembre, après que le village de la Loire ait révélé aux élus locaux lors d'une réunion publique le caractère ridicule de ce site oublié, le département a annoncé qu'il choisissait de le supprimer d'ici fin 2019.

Réadapter l’offre de transport public

Nous déplorons qu'actuellement aucun bus non scolaire ne traverse la Loire entre le Pont Thinat et Sully sur Loire. Le tracé de la ligne 7A traverse Jargeau tandis que les lignes 3 et 6 passent à Saint Denis de l'Hotêl, cependant la fréquence des passages et les horaires de ces lignes ne permettent pas une utilisation sur les heures de travail et ne forme pas une alternative possible à la voiture. Il est aussi dommageable qu'aucune ligne n'existe pour joindre le pôle d'activité d'Orléans La Source.

Rappelons aussi qu'une ligne de train Orléans - Chateauneuf sur Loire de 8000 voyageurs/jours fut abandonnée par la région en 2018. Cette ligne aurait permis de désengorger les trafics Est-Ouest et de modifier les lignes de bus déjà existante sur ce type de trajet.

Mettre en place un système vélo de qualité

Il faut bien comprendre qu'un véhicule seul ne constitue pas un système de transports. Si la voiture est le principale mode de déplacement dans le péri-urbain c'est parce qu'elle bénéficie de tout un système autour d'elle : routes, ouvrages d'art et lieux de stationnement, mais aussi services (vente de carburant, entretien, assurance…), avantages réglementaires et fiscaux, communication publicitaire (9% des dépenses publicitaire en France ), etc…

(document de travail incomplet) :

Nous souhaitons un système vélo équivalant à celui déployé pour la voiture aujourd’hui. Actuellement, il n’y a pas de passage sécurisé pour les cyclistes sur le pont. La demande faite à Baudin Chateauneuf d'une passerelle cycliste/vélo sur le pont actuel a été enterrée pour des raisons obscures qui laissent à douter. Le montant du devis réalisé était de 900 000 euros HT.

Faute d'aménagement approprié, les routes qui relient les différentes villes à l'est d'Orléans sont perçues comme dangereuse et constituent un frein majeur à la généralisation du vélo comme mode de déplacement. Nous pensons que les collectivités devraient être à l'initiative de corridors rapides, de cycles highways comme le font les hollandais presque sans intersections avec les routes et séparées du trafic automobile. Afin de ne pas artificialiser davantage les sols, ces infrastructures doivent se faire au détriment des routes pour véhicules motorisés déjà existantes.

Rendre plus simple l’accès aux services pour réparer/acheter/louer un vélo ainsi que la sécurisation des stationnements sont aussi des enjeux du développement de ce système de mobilité.

Les raisons de croire au système vélo

Comme nous l'explique l'Insee en janvier 2017, à la différence des autres modes de transport, la part d’actifs se rendant à leur travail à bicyclette est pratiquement constante selon l’âge. Quel que soit l’âge, environ 2% des actifs ayant un emploi utilisent la bicyclette et parcourent en moyenne quatre kilomètres.

Nous savons aussi que les ménages du périurbain sont mieux dotés en nombre de vélos que le reste de la France. Une grande majorité des ménages du périurbain a accès à suffisamment d’espace pour ranger des vélos ce qui est plus rare en banlieue.

Le Vélo-cargo, Vélo à assistance électrique et le Speed pedelec permettent maintenant de réduire les principaux désavantages de ce mode de mobilité sur les questions de distances à parcourir et les difficultés à transporter.

Le territoire plat du département, et la magnifique levée de la Loire constitue des atouts pour les transports à vélo.

Renforcer les lignes de Fret ferroviaire

Les poids lourds sont depuis de nombreuses années le maillon central du transport de marchandises, seulement, c’est aussi le plus polluant, le train étant le plus propre. Le transport intérieur terrestre de marchandises est largement dominé par le transport routier. En 2016, la part modale de la route progresse et représente désormais 88,0 % du transport terrestre hors oléoducs, au détriment du transport ferroviaire (9,9 %) et du transport fluvial (2,1 %). Depuis 2006, la circulation des trains de marchandises a fortement baissé (près de - 40 %), celle des trains de voyageurs s'est stabilisée, malgré l'accroissement de la circulation des trains en Île-de-France (+ 17 %).

Pourtant la ligne de fret Chateauneuf-Orléans aurait pu facilement desservir des entreprises telles que Baudin, Swiss Krono, LSDH, Mars Petcare. De plus, à Saint-Denis de l'Hôtel, la société SDH fer est spécialisée dans la maintenance des wagons.

Réduire les vitesses dans les agglomérations

En agglomération, des moyens de transport multiples se côtoient et nécessitent une attention accrue de la part de tous. Afin de protéger les usagers les plus vulnérables, différents aménagements peuvent être réalisés.

Selon Fabrique écologique, pour développer le vélo dans le périurbain et dans le rural, la modération de la vitesse de circulation dans les bourgs et les lotissements améliore la sécurité des cyclistes. Plusieurs mesures permettent d’éviter que les véhicules aillent à plus de 50 km/h :

  • dos d’âne et ralentisseurs
  • rétrécissement de la largeur de chaussée, au profit d’un trottoir ou d’une rangée d’arbres par exemple.
  • La création d’îlots refuges pour les routes les plus larges

Le document général d'orientation de sécurité routière du Loiret va dans ce sens puisqu'il encourage les aménagements de la voirie permettant de protéger les populations les plus fragiles et préconise de réduire la vitesse. Il invite au dégagement des passages piétons de tout obstacle masquant leur visibilité, la matérialisation de ceux-ci par une bande stop ou encore l’ajout d’un feu orange ou d’un décompte sur le feu qui doivent permettre de réduire les risques d’accidents.

De plus, rappelons que limiter la vitesse sur certains axes réduit les nuisances sonores des véhicules.

Installer des revêtements anti-bruit

Sur les zones les plus rapides proches des habitations.

Améliorer l’isolation des maisons

Favoriser l'accession à des primes à la rénovation de l’habitat permettrait aux maisons en bordure des rues/routes à fort passage de réduire les nuisances sonores. Contre le bruit extérieur,l'ADEME préconise l'ADEME préconise en priorité d'isoler les fenêtres, puis les entrées d'air des systèmes de ventilation et dans une moindre mesure les toitures.

Rappelons tout de même que cette proposition est secondaire car elle ne s'attaque pas à la racine du problème qu'est la place du “tout-voiture/camion” dans notre mobilité mais tente seulement d'en effacer les nuisances.

Faire une analyse pour mieux fluidifier le trafic entre les deux communes Jargeau/StDH

Feux/priorités à droite/tracés devant collège etc…

Ce que les collectivités devraient combattre

le trafic camion

Autoriser uniquement le trafic local des camions afin d’inciter les entreprises de logistiques à passer sur les autoroutes.

Les véhicules fortement émetteurs de Gaz à effet de serre

Les énergies fossiles sont épuisables, leur consommation ne peut donc pas être infiniment croissante ni constante. Pour éviter une tension sur l’offre il est possible de faire volontairement diminuer la demande plus vite que la limite de production pour ainsi baisser la consommation avant que les contraintes de stock et de réchauffement climatique ne s'en occupent pour nous.

Pour que le marché se positionne sur des voitures plus petites, plus légères, il faut décourager de manière planifié et pédagogique l’usage de la voiture. Cela implique de la cohérence et de l'intelligence dans la démarche des décideurs mais surtout l'exemplarité des élus sur ces questions. Si des taxes doivent être mis en place, leurs récoltes doivent permettre de développer les alternatives de mobilité en priorité chez les plus lésés par ce changement.

Le positionnement politique logique qu'elle devrait adopter

Modifier les méthodes par lesquelles on calcule l’intérêt d’un investissement de mobilité

Ecologie, réduction GES, nuisances, amélioration santé, plutôt que temps gagné, vitesse

Aller plus loin dans la mise en place des plans de déplacement entreprise

Obliger les entreprises à s’impliquer dans les problématiques dont elles sont aussi responsables. (Télétravail/covoiturage entre salariés/douches pour cyclistes/parking vélo sécurisés/navettes etc.).

Limiter l'étalement urbain

Vous trouverez toute nos réflexions sur ce point dans la rubrique :argumentaire:Métropolisation en cours de développement. Rappelons simplement que l'étalement urbain est un phénomène qui détermine les distances moyennes de déplacement et ce sur du long terme. Il est possible, pour lutter contre :

  • d'étudier l'introduction d'une fiscalité qui aurait pour but de limiter les distances pendulaires (taxe d’habitation modulable par exemple).
  • de redynamiser les centres-villes pour qu'un maximum de services reste au plus près des citoyens.
  • de limiter le développement des grandes surfaces commerciales hors des centres-bourgs (zone commercial chécy/La Source), qui entraine leur dévitalisation et renforce la dépendance à l’automobile.

En savoir plus:

argumentaire/mobilite.txt · Dernière modification: 2019/12/08 15:44 par tsoler